Bertrand Chamayou

Bertrand Chamayou fait partie des artistes désormais incontournables de la scène musicale. Doté d'un très vaste répertoire, impliqué dans la création contemporaine et oscillant d'un style à l'autre avec une facilité déconcertante, il impose aujourd'hui une assurance et une imagination saisissantes, ainsi qu'une remarquable cohérence dans son propos artistique.
Ces dernières années, il se produit à la Philharmonie de Berlin avec le Deutsche Sinfonie Orchester, à l’Alte Oper de Francfort avec le Hessischer Rundfunk Orchester, est l’invité de nombreux orchestres dont l’Oregon Symphony Orchestra à Portland, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre de la Monnaie de Bruxelles, le Poznan Philharmonic, l’Orchestre Symphonique de Barcelone, le NDR Sinfonie Orchester de Hambourg. Il est également l’invité de l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine et de son directeur musical Paul Daniel pour une résidence sur toute la saison 2013/2014 dans le nouvel Auditorium de Bordeaux et en tournée.
En janvier 2014, il signe un contrat d’exclusivité avec le label Erato et enregistre un disque Schubert pour sa première collaboration, sorti en février. Il joue ce programme sur les scènes internationales telles que le Théâtre des Champs-Élysées, Wigmore Hall, Alice Tully Hall au Lincoln Center, la Schubertiade de Schwartzenberg, le Festival de Rheingau, le Konzerthaus de Vienne, le Festival International de Piano de Talinn.
En janvier 2016, paraît son second disque Erato consacré à Maurice Ravel et acclamé par la critique. Ses précédents enregistrements pour le label Naïve avaient été très remarqués et notamment, en 2011, dont l’intégrale des Années de pèlerinage, couronné de nombreuses récompenses (Gramophone’s Choice, Choc Classica, Diapason d’Or de l’Année 2012 et Victoire de la Musique du meilleur enregistrement de l’Année). Cette même année, il recevait une Victoire de la Musique classique comme Soliste Instrumental de l’Année. Il avait déjà eu, en 2006, une Victoire, dans la catégorie « Révélation », couronnant un parcours déjà très prometteur.
Il a été invité à se produire sur des grandes scènes internationales comme la Salle Pleyel, le Théâtre des Champs-Élysées, le Wigmore Hall, le Lincoln Center de New York, la Herkulessaal de Munich, la Philharmonie de Cologne, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, l’Auditori de Barcelone,  le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, le Forbidden City Concert Hall  de Pékin, ainsi que dans des festivals comme le Klavier Festival de la Ruhr, le Mostly Mozart Festival, le Festival Gergiev de Rotterdam, le Festival de Lucerne, le Mecklenburg-Vorpommern Festspiele, le Musikfest de Brême, la Schubertiade de Schwartzenberg, le Festival de Schwetzingen, le Festival Piano aux Jacobins à Toulouse, qui lui est très fidèle depuis ses débuts et l’invite aussi à son édition chinoise à plusieurs reprises, le Festival de la Roque d’Anthéron, le Festival de la Chaise-Dieu, le Festival de Besançon, où il remplace au pied levé Krystian Zimerman, le Festival de la Côte Saint-André, le Festival de Radio France et Montpellier qui lui offre une résidence pour son édition 2013.
Bertrand Chamayou  joue sous la direction de chefs comme Pierre Boulez, Andris Nelsons, Leonard Slatkin, Neville Marriner, Yutaka Sado, Semyon Bychkov, Philippe Herreweghe, Emmanuel Krivine, Michel Plasson, Stéphane Denève, Fabien Gabel, Ludovic Morlot, Jérémie Rohrer, Fayçal Karoui, Tugan Sokhiev, Lawrence Foster, Evelino Pido, Louis Langrée, Christian Arming, Paul Daniel, Joshua Weilerstein aux côtés de plusieurs orchestres de renom tels que l’Orchestre de Paris, le London Philharmonic Orchestra, le WDR Sinfonie Orchester de Cologne, la Deutsche Kammer Philharmonie de Brême, le SWR Sinfonie Orchester de Stuttgart, l’Orchestre National de France, le Royal Scottish National Orchestra, le Danish National Symphony Orchestra.
La musique contemporaine occupe une part importante de son activité. Il travaille avec des légendes vivantes de la création comme Henri Dutilleux ou György Kurtag. Il est invité dans le cadre du festival « Présences » à donner les concertos de Thomas Adès et de Esa-Pekka Salonen. Son activité de chambriste est de même essentielle, et il se produit régulièrement avec ses amis Sol Gabetta, Renaud Capuçon, Daishin Kashimoto, Augustin Dumay, Antoine Tamestit, Gautier Capuçon, Nicolas Baldeyrou, Alexeï Ogrintchouk, David Guerrier, Paul Meyer, Emmanuel Pahud, les quatuors Ebène, Belcea, Ysaÿe…
Natif de Toulouse, il a été remarqué dès l’âge de 13 ans par le pianiste Jean-François Heisser dont il a suivi par la suite l’enseignement au conservatoire de Paris, dans le même temps, il a travaillé assidûment aux côtés de l’illustre Maria Curcio à Londres, et a reçu les conseils éclairés d’un grand nombre de maîtres, dont ceux de Murray Perahia.
Il a par ailleurs à son actif des réalisations ambitieuses comme le cycle des 20 regards sur l'Enfant-Jésus à l'occasion du centenaire du compositeur ou les 12 études d'exécution transcendante de Liszt, données maintes fois en concert, et dont résulte un live salué unanimement par la critique (Sony Classical). Il a signé en 2008 un récital Mendelssohn (Naïve) couronné de très nombreuses récompenses. Au printemps 2010, il a présenté un disque César Franck (Naïve) accompagné par le Royal Scottish National Orchestra dirigé par Stéphane Denève. Ce disque a reçu plusieurs récompenses dont l’Editor’s Choice de Gramophone.
Lors des saisons à venir, il se produira au Théâtre des Champs-Elysées, au Wigmore Hall, au Konzerthaus de Vienne, à la Tonhalle de Zurich, à l’Auditori de Barcelone, aux Grands Interprètes de Toulouse, au Prinzregententheater de Munich, sera l’invité de nombreux orchestres dont l’Orchestre de Paris, le Rotterdam Philharmonic Orchestra, le Cincinatti Symphony Orchestra, le Wroclaw Philharmonic, l’Orchestre National de France.