Christophe Grapperon

Après avoir étudié l’accordéon et après ses études en musicologie, Christophe Grapperon intègre la classe de chant de Daniel Delarue et se perfectionne en direction de chœur et d’orchestre avec Pierre Cao, Catherine Simonpietri et Nicolas Brochot.
Engagé comme baryton par plusieurs ensembles vocaux (Soli Tutti, Les Jeunes Solistes, Sequenza 9.3) ou de musique ancienne (Diabolus in Musica), il chante aussi en soliste : on a pu l’entendre sous la direction de Marc Minkowski, aux côtés d’Anne-Sofie von Otter dans son concert Offenbach, dans le rôle du Notaire dans la Grande duchesse de Gerolstein d’Offenbach au Théâtre du Châtelet, et le rôle du Scythe dans Iphigénie en Tauride à l’Opéra de Paris.
Son activité l’amène à créer des œuvres de Régis Campo, Marc-Olivier Dupin, Thierry Escaich, François Narboni, Bernard de Vienne, Romain Didier, etc. De 1995 à 2002, il est directeur pédagogique à l’Académie de Musique des Grandes Ecoles et Universités de Paris dirigée par Jean-Philippe Sarcos. Il anime de nombreux stages de chant choral, d’orchestre ou de musique de chambre.
Christophe Grapperon assure depuis 2007 la direction musicale au sein de la compagnie Les Brigands, aux côtés de Loïc Boissier, et a dirigé des ouvrages rares comme Arsène Lupin Banquier de Marcel Lattès, La Cour du roi Pétaud de Léo Delibes ou encore Croquefer de Jacques Offenbach et récemment les Chevaliers de la table Ronde de Hervé.

En avril 2010, Laurence Equilbey lui propose de collaborer avec accentus, dont il devient le chef associé en 2013.
En janvier 2000, il assiste Marc Minkowski dans Manon de Massenet à l’Opéra de Monte-Carlo, qui lui propose la direction du chœur des Musiciens du Louvre Grenoble de 2002 à 2007.
Des madrigaux italiens de Schütz au Ein deutsches Requiem de Brahms, de La Traviata à Phiphi, l‘éclectisme musical et le plaisir partagé sont les maîtres mots de son parcours musical.